18 juin 1940

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

default 18 juin 1940

Message par lanarbuis le Jeu 12 Fév 2009 - 9:23

bonjour
je recherche des informations sur l'avion allemand touché par la DCA et qui a atterri vers Plouguerneau avec 2 blessés sur 4 membres d'équipage le 18 juin 1940. Les aviateurs auraient été bousculés. Le 22 les auteurs de la bousculade ont été arrêtés et l'un d'entre eux (J.M. Kerandel) fusillé.
Merci
Alain

lanarbuis

Masculin
Nombre de messages : 22
Age : 72
Localisation : Chatou
Réputation : 0
Points : 19
Date d'inscription : 26/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

default Ju88 Plouguerneau

Message par gildas le Mer 18 Fév 2009 - 12:15

Bonjour Alain,



L’appareil est un Ju88, crashé au Leuré/Groanec. Unité LG 1 ? Abattu par DCA du Richelieu ?

Un, sur 3 appareils, abattu par la DCA fr. 4 jrs plus tard, arrestation de Jean Marie Kérandel, fusillé au Bouguen, et de Jean Balcon, déporté.(cahier de l'Iroise 1974 n°3 Michel Thomas)



Un Junker Ju88 tombe à Plouguerneau, près du Leuré, au Grouanec, le 18 juin 1940, soit quelques jours seulement avant l’arrivée des troupes allemandes à Brest.



L’équipage est capturé, mais l’un de ses membres est un peu maltraité, semble-t-il suite à la découverte d’un couteau dans une de ses bottes. Sous la pression d’une foule assez agressive et de plus en plus nombreuse, ils sont finalement amenés à Brest pour y être internés.



Rapidement libéré de prison dès la prise de la ville, l’équipage ne tardera pas à revenir sur le lieu de chute, et à rechercher le responsable de ces actes.



Deux hommes de Plouguerneau, certes présents le 18 juin autour de l’avion et de son équipage, mais innocents, seront capturés et jugés, en dépit de l’intervention du plus jeune des membres de l’équipage allemand, qui avait précisé que l’auteur des coups portait une cicatrice à la main gauche.



Celui-ci ne sera jamais dénoncé, mais Jean Marie Kérandel sera fusillé au Bouguen, tandis que Jean Balcon sera déporté en forteresse. Il est probable qu’il échappa au sort de son camarade Jean Marie grâce à l’énergie déployée par sa famille pour faire signer une pétition l’innocentant. La famille de Kérandel se serait réfugiée dans les prières.



Un jeune de 14 ans avait dérobé l’une des mitrailleuses de l’appareil, mais fut contraint de la rapporter par ses parents. Par contre il avait pris deux clichés de l’épave. Malheureusement aucun des deux ne permet l’identification de l’unité, aucun code visible. Donc équipage toujours inconnu. Et probablement premier avion abattu dans la région de Brest



Bien cordialement

Gildas

gildas

Masculin
Nombre de messages : 67
Age : 51
Localisation : Lanildut, Finistère, France
Réputation : 0
Points : 76
Date d'inscription : 26/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

default Re: 18 juin 1940

Message par lanarbuis le Dim 22 Fév 2009 - 9:29

Bonjour Gildas
Merci pour ces renseignements.
J'ai regardé ensuite sur le Lexikon der Wehrmacht.
LG1 : il s'agit de la Lehr-Geschwader 1 (groupes I à III) qui participe à la campagne de France dans le IV° Fliegerkorps. En juillet, elle était basée à Dinard pour la bataille d'Angleterre.
As-tu des infos sur les autres avions abattus ?
Il y en a un autre de la 9./LG1 abattu aussi le 18 juin du côté de Pléneuf.
Cordialement
Alain

lanarbuis

Masculin
Nombre de messages : 22
Age : 72
Localisation : Chatou
Réputation : 0
Points : 19
Date d'inscription : 26/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

default JU88 Plouguerneau

Message par Invité le Mar 14 Sep 2010 - 20:31

Bonsoir,

L'un des deux résultats renvoyant à l'histoire de Jean-Marie Kérandel sur les moteurs de recherche étant ce forum, permettez-moi d'y intervenir très ponctuellement.

En effet les deux récits disponibles, s'ils s'accordent sur les grandes lignes, se distinguent en quelques détails de la version qui m'a été plusieurs fois racontée par un proche de Jean-Marie Kérandel. Ce dernier n'était pas témoin des faits, étant lui-même prisonnier de guerre à l'époque, mais les tenait de son père.

Des témoignages ont, d'autre part, été recueillis par Goulc'han Kervella pour sa pièce sa pièce « 39 – 45 Guerre et paix dans le Léon » créée en 1996 par la troupe du Strollad ar vro bagan.

http://avb.pagesperso-orange.fr/galleg/rep/39_45fr.htm

C'est sans doute auprès de lui qu'on obtiendrait une version plus sûre et détaillée des faits.

Voici, pour débuter l'autre version disponible à ce jour sur Internet, extraite d'un article de René Abjean :

« Le 18 juin, un avion allemand touché, au dessus de la rade de Brest, par l'artillerie du Richelieu, fait un atterrissage forcé du côté du Grouanec sur la commune de Plouguerneau. Les quatre aviateurs sont faits prisonniers par des gens de Plouguerneau et conduits à Brest. Mais dès le lendemain, les troupes allemandes arrivent à Brest et libèrent leurs compatriotes. Deux jours plus tard deux des aviateurs reviennent à Plouguerneau afin d'arrêter les auteurs de leur capture. Cinq hommes, dont Jean-Marie Kérandel et Jean Balcon, sont emmenés à Pontaniou. À la première audience du tribunal militaire, le dimanche 23, les cinq Plouguernéens sont condamnés à mort. Jean-Marie et Jean prennent la défense de leurs trois compagnons qui sont finalement libérés. Ces cinq hommes étaient-ils les vrais auteurs des faits du 18 juin ? À Plouguerneau de sérieux doutes subsisteront à ce sujet. »

http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=17831&title=%C0%20monsieur%20Jean-Luc%20M%E9lenchon

Dans le récit que j'ai entendu à plusieurs reprises, il ne faisait aucun doute que Jean-Marie Kérandel au moins avait participé à cette action d'auto-défense un peu musclée aux conséquences tragiques.

La phrase du récit publié sur votre forum qui m'a décidé à y intervenir est la suivante : "La famille de Kérandel se serait réfugiée dans les prières." C'est une phrase curieuse. D'où l'auteur tient-il cette précision qui n'apporte pas grand chose à la recension des faits, mais ajoute, il est vrai, une touche de pittoresque bas-breton au tableau?

Le père de la personne dont je tiens ma version de l'affaire, qui résidait près de Brest, est lui-même intervenu avec ses pauvres moyens pour tenter de faire commuer la peine de Jean Marie Kérandel. Il a d'ailleurs eu pour ce faire à user des rudiments de langue allemande qu'il avait appris dans les camps de prisonniers de guerre en 1914-1918. Hélas, rien n'a pu empêcher que la peine soit appliquée à la prison maritime du Bouguen.

La famille Kérandel ne s'est donc pas "réfugiée dans les prières".

Mais il y a plus. Aucun des deux récits ne mentionne un épisode douloureux de cette histoire : suivant le récit qu'on m'en a fait (et qui est à ce qu'on m'en a dit repris par Goulc'han Kervella dans sa pièce de théâtre), les allemands revenant à Plouguerneau pour réaliser leur triste besogne n'ont pas trouvé les "coupables" qui avaient eu le temps de se cacher.

Ce serait donc sous la menace de représailles que ces derniers finirent par être trahis et faits prisonniers.

Si, comme j'en suis convaincu, c'est cette version qui est la bonne, il est tout à l'honneur de la famille Kérandel de ne pas avoir accablé la personne qui, sous la menace, n'avait pas eu le courage de faire face.

Quand ils ne se "réfugiaient" pas dans les prières, les petits paysans bas-bretons cultivaient certaines valeurs qui les placent moralement assez haut, surtout à considérer la suite des événements et en particulier toutes les bassesses qui ont été perpétrées pendant et une fois terminée cette guerre-là.

C'est aussi pour mettre en exergue cette dignité de la famille Kérandel qu'il m'a semblé nécessaire d'apporter ici une autre version, pour ce qu'elle vaut, en attendant que les témoignages recueillis par Goulc'han Kervella soient peut-être, un jour, disponibles sur Internet.





gildas a écrit:Bonjour Alain,



L’appareil est un Ju88, crashé au Leuré/Groanec. Unité LG 1 ? Abattu par DCA du Richelieu ?

Un, sur 3 appareils, abattu par la DCA fr. 4 jrs plus tard, arrestation de Jean Marie Kérandel, fusillé au Bouguen, et de Jean Balcon, déporté.(cahier de l'Iroise 1974 n°3 Michel Thomas)



Un Junker Ju88 tombe à Plouguerneau, près du Leuré, au Grouanec, le 18 juin 1940, soit quelques jours seulement avant l’arrivée des troupes allemandes à Brest.



L’équipage est capturé, mais l’un de ses membres est un peu maltraité, semble-t-il suite à la découverte d’un couteau dans une de ses bottes. Sous la pression d’une foule assez agressive et de plus en plus nombreuse, ils sont finalement amenés à Brest pour y être internés.



Rapidement libéré de prison dès la prise de la ville, l’équipage ne tardera pas à revenir sur le lieu de chute, et à rechercher le responsable de ces actes.



Deux hommes de Plouguerneau, certes présents le 18 juin autour de l’avion et de son équipage, mais innocents, seront capturés et jugés, en dépit de l’intervention du plus jeune des membres de l’équipage allemand, qui avait précisé que l’auteur des coups portait une cicatrice à la main gauche.



Celui-ci ne sera jamais dénoncé, mais Jean Marie Kérandel sera fusillé au Bouguen, tandis que Jean Balcon sera déporté en forteresse. Il est probable qu’il échappa au sort de son camarade Jean Marie grâce à l’énergie déployée par sa famille pour faire signer une pétition l’innocentant. La famille de Kérandel se serait réfugiée dans les prières.



Un jeune de 14 ans avait dérobé l’une des mitrailleuses de l’appareil, mais fut contraint de la rapporter par ses parents. Par contre il avait pris deux clichés de l’épave. Malheureusement aucun des deux ne permet l’identification de l’unité, aucun code visible. Donc équipage toujours inconnu. Et probablement premier avion abattu dans la région de Brest



Bien cordialement

Gildas

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

default Re: 18 juin 1940

Message par Admin-absa le Mar 21 Sep 2010 - 16:09

Bonsoir,

Merci pour votre intervention dans notre forum avec un complément surl'histoire de ce crash et les évènements tragiques qui s'en suivirent pour ce 18 juin 1940.
Votre témoignage m'a permis de terminer ma page et la seconde, car pratiquement la même histoire se déroula dans les Côtes du Nord à l'époque avec une fin plus clémente avec les troupes d'occupation.

http://www.absa39-45.com/Pertes%20Bretagne/Finistere/18%20juin%201940/18_juin_1940.html

C:\SITE ASSOCIATION\Pertes Bretagne\Finistere\18 juin 1940\18_juin_1940.html

_________________
Cordialement
Dan, ABSA 39-45

"Dans une guerre, quel que soit le camp qui puisse se déclarer vainqueur, il n'y a pas de gagnants, il n'y a que des perdants. Neville Chamberlain"
avatar
Admin-absa
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 987
Age : 62
Localisation : 35680 Bais
Emploi/loisirs : Jeune retraité !
Humeur : Souvent grognon ! quand il est sur son ordi(rumeurs ?)
Réputation : 11
Points : 791
Date d'inscription : 21/10/2007

http://www.absa3945.com

Revenir en haut Aller en bas

default Re: 18 juin 1940

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum